13 janvier 2019, seconde entrée

C’est la moindre vibration, c’est le tambour d’un moteur, le glouglou d’une source, le chant vantard d’un oiseau fier de saluer le matin, c’est le claquement d’un chauffe-eau qui s’enclenche, les borborygmes d’une gouttière, les frissons d’une branche, c’est le souffle du cheval, le rugissement du bombardier, le klaxon d’un chauffard, c’est le battement d’ailes d’un couple de pigeons amoureux, le vrombissement d’un frigo surdimensionné, le rire un peu idiot d’une jouvencelle, c’est la sirène des semeurs de lacrymo, le bip répétitif d’une caisse enregistreuse, l’aboi triste d’un amoureux éconduit, c’est le choc d’un volet contre un mur, le grincement d’un parquet sous le poids de l’insomnie, les invectives immodérées d’un téléphone, c’est le glissement métallique du tramway, l’appel insistant d’un talon d’escarpin, le crépitement de la grêle sur le toit, c’est le craquement de la chaise sous ton poids, le sifflement du vent dans tes oreilles, ton reniflement persistant dans le froid, c’est cette musique qui allège le fardeau du tombeau quotidien, la mélodie qui décharge l’esprit des injonctions réitérées, le rythme qui meut même les muscles entravés, c’est le beau rire sans espoir qu’on oppose à l’adversité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s