12 janvier 2019

Sur la photographie, ses yeux exhalent tant de mélancolie. Venu de la frange la plus paupérisée des classes populaires, enfant d’une femme au foyer qui s’engraissait devant la télé, d’un père ouvrier, intérimaire, il connaissait les visites des huissiers, le paternel qui boit et se frite avec son fils aîné, tout aussi bourré. Le chanoine Kiki désirait plus que tout s’extraire de ce milieu, il y parvint. Il considérait l’intelligence comme une malédiction, qui vous confronte à l’ineffabilité des choses, et pour exorciser cette calamité, il collait indéfectiblement à quelques principes moraux, qu’il décrétait incontournables. Grand gourmandeur, usager impénitent d’il faut et d’on doit, il ne ratait, malheureusement, aucune occasion de vous corriger d’un jugement à l’emporte-pièce, une sanction irréfutable de votre ineptie. Sans égaler la fureur aveugle, et toutjours inattendue, car, le proverbe en témoigne, No one expects the Spanish Inquisition, de l’étrangement sainte Inquisition, ses accès de moralisme blessaient, gratuitement, sans pourtant jamais rompre l’alchimie de l’attachement. Moi, toujours versant dans les abus d’excès et lui, cintré dans ses condamnations hâtives, nous nous appréciions, sans expliquer ni pourquoi, ni comment.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s