6 janvier 2019, deuxième entrée

J’ai trois zaraignées au plafond, une petite, une moyenne et une grosse, a zont tissé des toiles, a dorment ben toute la journée, que des fois a sautent comme des furies pour choper du moucheron. A m’chatouillent des pattes quand qu’a flattent mes neurones en chassant des moustiques, des loustics, des lombrics ou j’sais pas quoi. A chantent ben des fois, des chansons j’y comprends rin, mais ça m’donne une gaieté su’l’front, et j’danse, et j’danse, c’est’y beau, j’te l’jure. Mes zaraignées a sont pas toujours ben gentilles quand même, ça mord du sacrément, tac toc, tchic, ça lamine des quenottes, a’m’font du mal au cerveau, a’m’disent des trucs pas sympas, a’m’laissent pas dormir d’les nuits, a s’démènent comme furibondes. N’empêche, comme on y cause, qu’l’araignée c’est la preuve d’un intérieur qu’est ben sain, pis qu’a bouffent tout c’qui dérange, alors j’les cajole, mes zaraignées, même quand a tapent le boxon avec des tours d’fandango, a m’distraisent, et j’croye que j’y crèverais sans elles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s