Kakalporal

Le Kakalporal ahane, vrouvroume & poupoute dans cette gigantesque côte qui mène de la périphérie du Rahamsahadajda au village coquet de Rahamsahadajda-sur-le-Rahamsahadajda, actuellement port maritime et aérien principal de l’éternelle nation du Rahamsahadajda ; le Kakalporal hale son poussepousse, le hâle rougi sous sa tignasse rousse, endolori néanmoins anti-enflammé par la réalisation de son devoir, un ultime hectolitre de sueur cataracte de son torse, l’escalade se rompt au sommet, le Kakalporal vertigineusement s’abat sur le bitume glaireux qui le glue, encore un client livré avec honneur & diligence par la calèche qui jamais ne calanche, pas de ces taxi-clandos pour les clodos, l’or des rolls, bref le prince de l’addition salée, présentement réserviste du corps expéditionnaire des brancardiers de l’armée rahamsahadajdienne, toujours debout, ne déboute mais consent au sacrifice de son flanc pour préserver & soutenir l’immortel flambeau pluridécennal de la patrie ; sauvages & barbares qui guignez nos trésors, tremblez dans vos slips & vos soutifs, rares les gaillards de cette trempe, le pectoral saillant, la superbe en bouclier des faibles hères trop ordinaires, des languissants sédentaires aux cervicales friables ; ces héraults du gras gratin, défenseurs des héroïnomanes de la mainmise, nos frères guère alliés, arriment nos menottes, ancrent l’humiliation, & touillent notre fièvre.