Journal (59)

Il bombardait ses opinions sur un auditoire désabusé, s’emportait, rouge, rouge, déroulait ses théories fumeuses, sur la petite taille des dictateurs par exemple, accaparait la parole, fichait des certitudes sur tous les sujets ou, au moins, ramenait tous les sujets à ses certitudes, nous interrompait sans cesse pour nous cribler de fulgurantes sentences. Son humanisme affiché l’autorisait à souhaiter la disparition de l’humanité, il réduisait toutes les tensions sociales à une affaire d’éducation car, prétendait-il, bien éduqués les citoyens se comporteraient comme il le faut. Mais qui déciderait du contenu de cette éducation ? Qui choisirait les justes enseignements ? Quels critères prédomineraient dans cette instruction ? Peu importait certainement, puisque ne comptaient que la force décisive du slogan, l’emport de la conviction de ses interlocuteurs, qui soupiraient pesamment en perçant des prunelles leur apéritif jusqu’au fond du verre, l’exhibition de l’assurance au détriment de la sagacité et la revendication de la perpétuation du combat contre et contre et contre. Le communiste nous bassinait. Il pêche désormais, nos pensions de retraite ne montent pas haut, mais nous dénichons, chez les producteurs locaux, des blancs pas chers et pas dégueus, les poissons n’ont rien à redouter de nous, on a encore queuté la révolution.