La fin

Le courrier vient d’arriver. Ils m’internent, vieux et sans ressources. Tout est prévu, depuis longtemps. Voilà pourquoi je n’ai jamais économisé, ni placé mon argent. Je ne veux pas pourrir.

 Il y a cet endroit isolé, on y accède assez facilement, j’y parviendrai malgré mon corps. Il y a le bidon d’essence que je vais remplir, ne manquera qu’une allumette.

 Que dire de plus ? À un moment, on se résigne à plier ses gaules. Il n’y aura de frais pour personne, seulement un disparu supplémentaire pour les statistiques.

 Je m’attends à la douleur, l’enfer véritablement. Et ce sera tout.