Tango (4)

Beau ! beau et élastique, il virevolte, me frôle, me touche, me cogne, un seigneur, mais les seigneurs, mais les seigneurs, je virevolte et frôle et touche et cogne, fière, impitoyable, mes membres, des fléaux, mes membres prodiguent la grâce et la caresse, taxée de charme, désignée comme sirène, regarde, regarde-moi, mes pas brûlent la terre, la terre de Buenos Aires, ne coulent que mon masque et ma fierté, que j’abandonne le soir, dans des draps peuplés de morpions, la reine accepte des bites, toute cette sueur et puis ces cris, la légion des profiteurs, les riches qui me transpercent et déversent sur moi leur semence, et les deux cons ! le bonhomme à la guitare, le gugusse au bandonéon, fabriquent le festival de ma honte.