20 septembre 2018, seconde entrée

Tous nos dispositifs, si ingénieux, craquèlent, pourrissent, se dérèglent, rouillent, coincent, lâchent brusquement, tous, à un moment, s’effondrent ou menacent de s’effondrer, voilà pourquoi, nous, la légion des pue-la-sueur, nous surgissons et intervenons, pour raboter, pour percer, pour tondre, et meuler et scier et coudre, arroser, aspirer, lessiver, peindre, pilonner, maçonner, balayer, désinfecter, vidanger, tapisser, nous nous affairons, mais jamais assez vite, efficacité, efficacité, jamais assez bien, rentabilité, nous nous appliquons, comme des cons, enchantés par notre conscience professionnelle, hâtons-nous toutefois, le profit ne se multiplie pas en musardant, les amis du gain redoutent les frais de la qualité et du savoir-faire, torchons ! la horde, torchons ! Agrippés à nos extensions, les machines, les engins, qui nous soulagent dans nos travaux, nos extensions, ou bien ne formerais-je pas davantage, moi, l’extension organique de mes machines ? Voilà bien, en effet, le message que murmurent les fantômes que j’entrevois quelquefois, ces images de componction, vêtues de costumes sombres, à la figure gommée par le sérieux, ces étranges créatures qui se torturent à tenter de s’anéantir dans la dignité de l’automate, ces gamins incertains qui ambitionnent de se dissoudre dans une fonction.