Journal (38)

La moindre miette leur appartient, et nous grattons chaque résidu pour leur confier, dans l’espérance qu’ils partageront quelques microns des trésors que nous érigeons. Bien enseignés à respecter l’autorité, bien taillés dans les manufactures où ils nous façonnent, bien apeurés par tous les camps qui dressent leur misère en avertissement, bien calfeutrés avec les possessions qui glissent entre nos mains gourdes de tâches insensées, nos os même subissent la métamorphose des conditions qu’ils nous octroient. Mon dos de prolétaire, mon bide de prolétaire, mes genoux de prolétaire, mes esgourdes de prolétaire, la lourdeur de mon pas, le port de mon chef, la lenteur de mon train d’humain de bât, tout dévoile mon rang dans la hiérarchie qui me jauge et m’adjuge subséquemment les mérites qu’elle consent à chacun des degrés qu’elle s’invente. Livré à eux, à eux dont je ne possède seulement pas le nom, j’observe les pans de mon autonomie se réduire : j’achète ma nourriture, j’achète mon logement, j’achète mon énergie, impuissant à aménager, par mes soins, mon foyer, mes victuailles et mon feu.