Journal (31)

Devant cette fenêtre, à nouveau, et toujours un ciel bleu, puisqu’il ne pleut plus, l’endroit se ressemble, mais il diffère déjà, après seulement deux jours écoulés. Enfant, je me demandais, assis sur un trottoir, dans un décor effacé par la lumière stellaire, seul comme souvent, je me demandais si j’existais réellement, ou si je figurais dans un rêve, un rêve peut-être échafaudé par moi-même, ou peut-être par quelqu’un d’autre, quelqu’un d’autre qui se rêverait lui-même, ou que je rêverais, ou que quelqu’un d’autre encore rêverait, et ainsi de songe en songe, dans un infini de sphères qui s’entrecouperaient les unes les autres, chacun de nous, une vision, conséquente à de multiples causes, et l’origine d’une multiplicité d’autres singularités. Chacun de nous comme une biffure qui strierait l’espace-temps durant l’éclair d’un rêve.