Journal (29)

Je constaterai, si le sort m’épargne, très certainement, comme ceux qui me précédèrent à l’ardeur de respirer, ma disparition progressive, sous les effets du ralentissement de l’âge, sous les effets de la maladie, ou ceux de la sénescence, ceux de la déliquescence, et si ma dégringolade empruntait des voies trop tranquilles, ma pauvreté n’encouragerait-elle pas mes contemporains à en hâter le terme ? À moins que je ne casse, brusquement, le cœur qui se brise, seulement un muscle qui lâche, qui m’abandonnerait, dans la solitude, et la certitude de l’anéantissement. Quelques atomes s’assemblaient en quelqu’un, même un quelqu’un aux contours incertains, les voici, sans cesse en changement, qui se combinent en d’autres formes.