De la transcendance

La première phase consistait évidemment à mesurer la distance entre le sol et le ciel. On utilisa une toise. On construisit ensuite une plate-forme, positionnée deux mètres en dessous de la voûte céleste. On y accédait par un ascenseur.

La cérémonie fut splendide. À son achèvement, le maître monta sur la plate-forme. Il présenta sa paire de ciseaux à la foule, puis la planta vivement dans l’étoffe azurée. Il fut immédiatement aspiré. Restait un accroc, d’un noir insondable. On se regarda, on s’écarta. Rien ne se produisit. Alors on partit.

L’édifice est toujours là, et le trou. Des individus, esprits curieux et chagrins, parfois disparaissent. On ne les recherche pas.