Enticali

Je te hais ; je te hais lorsque tu t’agrippes à moi, je te hais pour ton odeur, tes fluides tes déjections, je te hais, toi, tes tactiques primaires de manipulation & ma faiblesse à y céder, je te hais de m’isoler dans le couple par ton indifférence, je te hais pour le récit que tu sers de toi-même, cette pantalonnade, je te hais pour les complicités que tu noues & qui m’excluent absolument, je te hais lorsque tu t’éloignes de moi, que l’absence à ta place me fige, je te hais parce que, seuls, nos cuirs durcissent & se racornissent, se fissurent, je te hais, laisse-moi t’embrasser ; je te hais.