Kerse

Pas peur, on ne peut me toucher, & si je glaviotte du sang, pas peur, on ne peut me toucher, & si mon menton s’épaissit de vomi, pas peur, on ne peut me toucher, & si ma famille gît démembrée, pas peur, on ne peut me toucher, & si les visages des tueurs souillent les allées, pas peur, on ne peut me toucher, & si partout ils succombent & pourrissent & leur haine s’effondre en un ultime spasme, pas peur, pas peur, ma lippe babine, pas peur, mes yeux éructent, pas peur, la cendre me couche, la poussière m’habille, on ne peut me toucher, on ne peut me toucher.